ACTUALITES

LA FORMATION DES RÉDACTEURS SPIP A L’ESU

1. Le Site de l’ESU comparativement à d’autres sites comme celui de la Radio Okapi ou
de Yahoo présente des données qui ne sont pas actualisées ou mises à jour quotidiennement ensuite ce site présente une structure qui ne pas riche car il manque un moteur de recherche par rapport aux deux sites précités.

2. Nous pensons que le logo de drapeau sur le site de l’ESU n’est pas approprié il faut trouver un logo qui représente un symbole de l’Enseignement Supérieur et Universitaire.

3. Le texte suivant pourra être utilisé comme texte, en le développant avec des images à l’appui il pourra constituer la matière d’une revue ou d’un magazine, sa publication pourra être quotidien ou périodique ainsi nous donnons le nom de la revue ou du journal, cette matière prendra le titre que nous avons proposé ci-haut soit :

(LA FORMATION DES RÉDACTEURS SPIP A L’ESU)
La formation des rédacteurs à l’ESU tel que décidé par le Secrétariat Général en collaboration avec le cabinet dudit Ministère a débuté le lundi 03/09/2018.

N.B. A l’issue de cette formation, le public tant de domaine Scientifique, et autres aurons accès aux informations sur l’organisation de ce Ministère, la répartition des Établissements tant de secteur Public et privé et de leur implantation à travers la R.D.C.

ADMINIST. CENTRALE

SERVICES SPECIALISES

CONSEILS D’ADMIN.


COMMUNICATION DU MINISTRE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET UNIVERSITAIRE DU Samedi 09 Avril 2011

SÉANCE D’INFORMATION DE LA COMMUNAUTÉ UNIVERSITAIRE DES SECTEURS PUBLIC ET PRIVE DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET UNIVERSITAIRE PAR LE MINISTRE DE L’ESU .
Date : Samedi 9 avril 2011
Lieu : ISP/GOMBE
Heure : 10 heures

A. INTRODUCTION

Bien de questions se posent au sujet de la grève des Professeurs enregistrée à l’UNIKIN, l’UPN, l’IFASIC, l’ISP et l’ISC, depuis le lundi 04 avril 2011 suite à la décision prise par l’Assemblée Générale de l’APUKIN du samedi 2 avril 2011 en rapport avec l’exécution du Protocole d’Accord du 10 avril 2010.

Nous aborderons cette question cruciale avec la certitude que les éléments que nous porterons à votre connaissance amèneront les Professeurs de 5 Etablissements ci-haut cités à reprendre leurs places dans les Auditoires au profit de notre Jeunesse car, contrairement à ce qui a été affirmé, le Gouvernement a assumé, assume et assumera ses responsabilités sans faille.

La rencontre de ce jour, nous donne donc l’occasion de renouer avec les différentes Autorités Académiques du Secteur tant Public que Privé du Ministère de l’ESU en présence d’autres Partenaires à savoir les Responsables des Associations et Syndicats ainsi que les Coordinations des Etudiants pour faire le point sur l’évolution de l’Année Académique 2010-2011 et saisir l’opportunité pour informer et fixer l’opinion sur les événements qui touchent notre Secteur.

B. INFORMATIONS GENERALES

I. ÉVOLUTION DE L’ANNEE ACADÉMIQUE 2010-20

Il est heureux de constater que sur l’ensemble du Territoire national, l’année académique qui a commencé pour tous les Établissements tant du Secteur Public que Privé, et ce, dans les 11 Provinces, le 16 octobre 2010, se déroule normalement.

Actuellement, nous sommes dans le 2ème Semestre et les examens de la mi-session ont eu lieu en février-mars 2011 sans problèmes pour terminer le 1er semestre.

Bien que la Ville Province de Kinshasa a été secouée à travers les tristes événements qui ont endeuillé l’Université de Kinshasa au mois de janvier et des scènes de violences avec dégâts matériels ici et là, à Kinshasa et en Province, LE CALENDRIER ACADÉMIQUE, en général, est respecté dans ses grandes lignes sur l’ensemble du Territoire national.

II. INFRASTRUCTURES : CONSTRUCTIONS ET RÉHABILITATIONS

Le 8 décembre 2010, s’adressant à la Nation devant le Congrès, Son Excellence Monsieur le Président de la République, Joseph KABILA KABANGE, après avoir doté notre Pays, de deux premières Universités Modernes, celles de Kindu et de Bukavu sur fonds propres, depuis l’accession de notre pays à l’Indépendance, il avait annoncé sa décision, combien salutaire, d’attaquer de front la Réhabilitation et la Modernisation des Universités de Kinshasa, de Lubumbashi et de Kisangani, l’UPN ainsi que les ISP.

Le Gouvernement, en exécution de l’option ainsi levée par le Chef de l’Etat, a effectivement lancé officiellement les travaux dans les 4 sites Universitaires d’une part et entrain de finaliser les études techniques pour Commencer la Réhabilitation d’autres Établissements à Kinshasa et en Provinces avec un accent sur les ISP dans les 10 PROVINCES afin de conforter le Chantier Éducation de la maternel jusqu’au niveau Supérieur et Universitaire.
Il est utile de préciser que ce financement se fait sur fonds propres du Gouvernement congolais.

De plus, Il est heureux de constater que dans toutes les Provinces, les efforts d’un bon nombre de Comités de Gestion qui font preuve d’une bonne Gouvernance financière et qui se traduit par la réhabilitation et/ou la construction sur fonds propres.
Mention spéciale au Secteur Privé à Kinshasa et en Provinces mais le Secteur Public n’est pas du reste notamment ici à Kinshasa, l’ISTM/KINSHASA, l’ISC, l’ISP/GOMBE, l’ISPT, l’ISAU et l’ISAM ont fait montre d’une détermination qui mérite des éloges et des encouragements.

En Provinces, sans être exhaustif, il faut féliciter aussi les Comités de Gestion des Universités de Lubumbashi (UNILU), de Kisangani (UNIKIS), de Goma (UNIGOM), de Kolwezi, de Likasi, de Kalemie et des Instituts Supérieurs ISTA/Kolwezi, ISTM/Goma, ISP/Mbuji-Mayi, etc…

III. MAITRISE DES EFFECTIFS DU SECTEUR PUBLIC PAR CATÉGORIES

Les efforts commencés en 2009 pour la maitrise des effectifs continuent comme vous pouvez le constater par le tableau ci –après :

du 31/12/2010 au 6/4/2011
1.Professeurs 1731 1.815
2.Cadres Scientifiques 9.336 12.517
3.Personnel Administratif, Technique et Ouvrier 17.634 20.081
4.Retraitables 2.342 2.444

Ceci est le résultat pour le Corps Enseignant des Recherches avec soutenance de Thèse. Pour les Scientifiques et le Personnel Administratif, c’est suite à la mécanisation des Etablissements ainsi que des Membres du Personnel qui sont restés plusieurs années comme Nouvelles Unités (N.U) et qui ont pu avoir des Numéros Matricules.

L’année 2011, verra le processus se poursuivre pour montrer, si besoin en était encore, la détermination du Chef de l’Etat et l’engagement du Gouvernement à valoriser les ressources humaines de notre Secteur.

IV. NOUVELLES TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION.

Après s’être doté de la politique nationale en matière de NOUVELLES TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION dans le Secteur de l’Education, le Ministère de l’ESU a commencé une marche, pas à pas, portant sur INTÉGRATION DES NTIC DANS LA FORMATION du niveau Supérieur et Universitaire à travers les programmes et réalisations ci-après :

1. INSTALLATION DE LA TÉLÉ MÉDECINE ET DU TELE ENSEIGNEMENT A L’UNIKIN

  • Facultés : Médecine et Polytechnique.

2. INTERCONNEXION EN COURS DE 7 UNIVERSITÉS (Projet UniversiTIC).

3. INFORMATISATION DES 4 CLINIQUES UNIVERSITAIRES (Projet Eb@le Santé). KINSHASA – LUBUMBASHI - KISANGANI ET BUKAVU.

4. INTER ET INTRA CONNEXIONS EN COURS DES ETABLISSEMENTS DES VILLES DE KINSHASA– LUBUMBASHI - KISANGANI ET BUKAVU.

5. CONNEXION AU RESEAU UBUNTU@net ALLIANCE COUVRANT L’AFRIQUE AUSTRALE ET L’AFRIQUE DE L’EST.

6. EXISTENCE DE TROIS CAMPUS NUMÉRIQUES : KINSHASA-LUBUMBASHI ET BUKAVU ET BIENTÔT UN 4IEME A L’UNIVERSITE DE KISANGANI.

7. PLUSIEURS UNIVERSITÉS ONT MIS EN PLACE UNE CONNEXION SATELLITAIRE POUR LE e-LEARNING , NOTAMMENT L’UNIVERSITE CHRETIENNE BILINGUE DE BENI AU NORD-KIVU ET LES INSTITUTIONS UNIVERSITAIRES DE L’EGLISE METHODISTE A KAMINA, KABONGO ET MULUGWISHI AU KATANGA

Comme on peut s’en rendre compte, les Universités et les Instituts Supérieurs commencent à s’arrimer aux Standards Internationaux.

V. CONTROLE DE SCOLARITE

Le Problème de l’Entérinement et de l’Homologation des Diplômes de nos Établissements a été longtemps escamoté alors qu’il est réel.

Il constitue une preuve de la mauvaise gouvernance académique qui s’est installée depuis plusieurs décennies car la quasi majorité des diplômés congolais ne disposent que des « Tenants lieu de Diplôme ou des « Attestations de Fin d’Etudes » avec ce que cela comporte comme risque dans la Recherche ou le maintien d’un emploi.

Les contrôles de Scolarité menés depuis 2009 ont montré qu’en moyenne dans moins de 30 % des Établissements, tant du secteur Public que Privé, les dossiers des Étudiants étaient correctement tenus en rapport avec les pièces qui doivent figurer dans les dossiers à savoir :

Pour le 1er Cycle : - Bulletins de 5 et 6 secondaires,
- Diplôme d’Etat,
- Attestation de réussite des années de Graduat
Pour le 2ième Cycle : - Tous les éléments exigés pour le 1er cycle
- Attestation de réussite du 3ième Graduat
- Attestation de réussite de la première année de Licence ou son Équivalent.

Actuellement, le Contrôle de Scolarité est en cours à Kinshasa et dans les Provinces de : Nord-Kivu, Sud-Kivu, Bas-Congo et Equateur.
Alors que nous avons autour de 90.000 finalistes de 2 cycles, à peine 15.000 Diplômes sont soit entérinés soit homologués, témoignant que des efforts importants doivent être déployés pour améliorer le rendement des services académiques de nos Universités et Instituts Supérieurs.

VI. RELÈVE ACADÉMIQUE.

L’analyse détaillée des données provisoires relatives au nombre actuel d’Etablissements Publics et Privés qui est de l’ordre de 1030 au 31 décembre 2010, le nombre de Professeurs propres à chaque Établissement montre le drame en ce qui concerne la RELEVE ACADÉMIQUE.

En effet, seuls 71 sur les 1030 Établissements soit 0,07% , ont ne fut ce qu’un Professeur titulaire d’une Thèse de Doctorat alors que 959 soit 0,93 % n’ont aucun Professeur propre à l’Université ou à l’Institut Supérieur.

Il est à noter que

19 Établissements seulement ont chacun au moins 10 Professeurs,

11 Établissements, 5 à 9 Professeurs selon les cas et

41 Établissements, 1 à 4 Professeurs et

959 Établissements sont sans aucun Titulaire d’une Thèse de Doctorat.

Au regard d’une telle situation, le Ministère de l’ESU a pris la décision d’autoriser, selon des Conditions précises, les Instituts Supérieurs Pédagogiques et ceux Techniques qui ont au moins 5 Professeurs propres et détenteurs d’une Thèse de Doctorat d’organiser le 3ième cycle afin qu’ils participent à cet effort scientifique et académique de conduire les Chefs de Travaux qui remplissent les conditions requises à l’Instar des Universités mais aussi des Instituts Supérieurs dans d’autres cieux, d’entreprendre le long processus qui conduit au DEA puis à la Thèse de Doctorat.

En annexe, la première liste des Instituts Supérieurs qui ont au moins 5 Professeurs propres à l’Institution et qui sont détenteurs d’une thèse du Doctorat dans divers domaines de la Science.

  • Etablissements autorisés à organiser les études de troisième cycle, à titre expérimental pour une durée de cinq ans, au même titre que les Universités :

1. Institut Supérieur des Techniques Médicales (ISTM) de Kinshasa.

2. Institut Supérieur de Commerce (ISC) de Kinshasa.

3. Institut Supérieur Pédagogique (ISP) de la Gombe.

4. Institut Supérieur Pédagogique (ISP) de Bukavu.

5. Institut Supérieur Pédagogique (ISP) de Mbanza-Ngungu.

6. Institut National du Bâtiment et des Travaux Publics (INBTP) de Kinshasa

7. Institut Supérieur Pédagogique (ISP) de Lubumbashi

8. Institut Supérieur des Techniques Appliquées (ISTA) de Kinshasa

9. Institut Supérieur Pédagogique (ISP) de Kikwit

10. Institut Supérieur Pédagogique (ISP) de Mbuji-Mayi

11. Institut Supérieur de Développement Rural (ISDR) de Bukavu

12. Institut Supérieur Pédagogique (ISP) de Kananga

13. Institut National des Arts (INA) de Kinshasa

14. Académie des Beaux Arts (ABA) de Kinshasa

VII. INSECURITE DANS LES SITES UNIVERSITAIRES

  • CAUSES ET FACTEURS FAVORISANTS.

1. L’obscurité occasionnée par des pannes d’électricité répétées et autres délestages sur les sites Universitaires.

2. Manque d’entretien des infrastructures (lieux d’aisance) et des espaces verts.

3. L’accès incontrôlé sur les sites universitaires.

4. La promiscuité dans les résidences estudiantines et le voisinage du site universitaire avec des quartiers qui hébergent des jeunes sans emplois.

5. La Présence irrégulière et permanente des non ayant droit voire des hommes en uniformes et armés sur le site universitaire, dans les homes et les caves.

6. Le manque de vigilance et d’anticipation ainsi que l’entretien de milices dans le chef de certaines Autorités Académiques.

7. Le manque d’équipements, des moyens d’intervention et de communication, de moyens de déplacement ainsi que l’âge avancé des Gardes Universitaires.

8. Le manque de motivation et de communication en temps réel de la coordination des étudiants.

9. Le manque de coordination des services de renseignements dans les sites universitaires parfois avec entretien des réseaux antagonistes protégeant des intérêts divergents.

  • En analysant les différentes causes, il apparaît clairement qu’il ya des tâches pour faire face à cette insécurité qui relève des Pouvoirs Publics mais il y a aussi celles qui sont du ressort des Comités de Gestion avec les différentes composantes de nos Établissements.
  • Il n’est pas normal de laisser pousser des herbes folles, de laisser les érosions ou de ne pas protéger les câbles électriques internes et tout attendre de l’Etat.
  • De même, on laisse des non Étudiants s’installer avec leurs business parfois dangereux, sur les sites et dans les Résidences Universitaires et dans certains cas, on entretient des milices qui terrorisent tantôt les Enseignants, tantôt les Administratifs, tantôt les Étudiants.
  • Pour combattre de façon efficace l’insécurité, j’en appelle à la responsabilité pleine assumée des Comités de Gestion et une meilleure coordination avec tous les Corps sans oublier la Garde Universitaire qui doit bénéficier d’une meilleure attention des différents Comités de Gestion. Il faut qu’il en soit de même avec les Comités des Étudiants de chaque Établissements.

VIII. VIOLENCES DANS LES MILIEUX UNIVERSITAIRES.

On constate depuis un certains temps, ici et là, des violences qui sont soit orchestrées par certains Comités de Gestion, soit par des milices des Étudiants.

Dans d’autres cas, on a noté d’interférences de certaines Autorités Politico-administratives ou Religieuses dans le fonctionnement des Établissements avec comme conséquences des violences perpétrées par des Étudiants renforcés par des non Étudiants voire par des hommes en uniformes.

Ceci est dangereux et inadmissible dans les milieux Universitaires.
LA TOLÉRANCE ZERO DOIT ETRE DE RIGUEUR pour ne pas laisser quelques individus prendre tout l’Etablissements en otage et éviter des dégâts matériels et humains tels qu’on a vécu ici à Kinshasa.
L’instruction Académique n°012 du 14 juillet 2010 en ses points 45, 46 et 47 qui sont clairs et qui disent notamment « TOUT ACTE DE VIOLENCES DOIT ETRE SEVEREMENT REPRIMES TANT SUR LE PLAN ACADEMIQUE, ADMINISTRATIF QUE JUDICIAIRE. », doit être mise en application par les Autorités Académiques, chacun dans son Institution.

IX. APOLITISME

L’année 2011 est une année spéciale à bien de points de vue : Académique, « Début de la marche vers le centenaire » et celle des élections.

La tentation est grande pour les Opérateurs Politiques de ne pas tenir compte non seulement de l’Apolitisme des milieux académiques mais surtout du fait que les Sites Universitaires sont protégés par la loi.

C’est ici le moment de rappeler le point 52 de l’Instruction Académique n°012 du 14 juillet 2010 relative à l’Apolitisme des milieux Universitaires ainsi que les dispositions précises du Vade-Mecum, Premier Partie, Chapitre XIII pages 217 et 218, qui doivent être de stricte application.

X. 2ième EDITION DE LA CONFERENCE DES CHEFS

D’ETABLISSEMENTS ET L’EXPOSITION DES ŒUVRES DE L’ESPRIT.

Après le succès de la 1ère édition surtout au regard des enseignements et informations enregistrés sur la Créativité de notre jeunesse et leurs Encadreurs dans tous les domaines du savoir, le Ministère de l’ESU a décidé d’aller de l’avant.

Les Innovations et Inventions qui ont été montrées lors de la 1ère Edition de l’EXPO 2010 a fait l’objet d’un rapport au Conseil des Ministres qui a apprécié les richesses cachées et peu valorisées de notre Jeunesse.

Le Conseil des Ministres a approuvé la demande de protection des œuvres à travers les mécanismes nationaux (Ministère de l’Industrie, Ministère de la Recherche Scientifique) et Internationaux en matière de « PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE ».

La 2ième Édition tant de la Conférence des Chefs d’Etablissements Publics et Privés ainsi que l’EXPO-2011 aura lieu à Kinshasa ; du 7 au 11 juin sur le site de l’Académie des Beaux-Arts(ABA) et de l‘Institut Supérieur de l’Architecture et de l’Urbanisme (ISAU).

Mais avant cet événement, au mois de mai, le Ministère de l’ESU organisera le tout premier « FORUM DES PARTENAIRES » avec le PATRONAT CONGOLAIS et les Partenaires de la Coopération bi et multilatéral

XI. JOURNÉE NATIONALE. DE L’ENSEIGNEMENT. LE 30/04/2011

Son Excellence Monsieur le Président de la République, le 8 décembre 2011, parlant du Genre, a insisté sur le fait que la « Parité » ne devait pas être un slogan mais devrait plutôt se traduire dans les actes par une mise en œuvre effective de cette option levée par les Nations Unies dont notre pays est membre.

De plus, le thème de la Journée du 8 mars 2011 pour la RDC était
Pour ce faire et tenant à réaffirmer notre détermination de promouvoir le Genre et la Parité, après l’honneur rendue, le 30 avril 2010, à l’occasion de la Journée Nationale de l’Education, à la Femme Congolaise Savante, Professeur d’Université, détentrice d’une Thèse de Doctorat, cette année, nous avons choisi d’honorer une fois de plus la Femme Congolaise qui a choisi les Sciences et la Technologie pour servir la Nation.

Le Thème Choisi est : Honneur aux Femmes Ingénieurs
Honneur aux Femmes des Sciences
Tout comme sur l’homme, le RDC peut compter sur la Femme Ingénieur : Ingénieur Civil, Ingénieur Agronome, Ingénieur de construction, du Bâtiments et des Ponts et Chaussées, Ingénieur Informaticien, Ingénieur Mécanicien.

Enfin, c’est avec joie que nous vous annonçons que notre Pays vient de s’enrichir, en ,oins de 3 moins de 3 Femmes savantes congolaises qui ont terminé avec brio le long processus qui mènent au sommet , c’est –à dire à la Thèse de Doctorat.
Il s’agit de mesdames :

1. Madame le Professeur NGOMBE KABAMBA Nadège, Docteur en Sciences Pharmaceutiques

2. Madame le Professeur SIKULISIMWA POLE Céline, Docteur en Chimie

3. Madame le Professeur MBADU ZEBE Victorine, Docteur en Sciences biologiques.

C. POINT SPECIFIQUE D’ACTUALITE

1. LES FAITS

Depuis le lundi 4 avril 2011, 5 Établissements du Secteur Public à savoir, l’UNIKIN, l’UPN, l’IFASIC, l’ISP et l’ISC, ont vu leurs Professeurs arrêter les Enseignements en application de la Décision de l’Assemblée Générale de l’APUKIN, le samedi 2 avril 2011.

Le motif avancé était le non respect par le Gouvernement n’avait pas respecté le Protocole d’Accord du 10 avril 2010 notamment en ce qui concerne le Statut Particulier et Spécifique du Professeurs ainsi que le blocage de la Rémunération depuis septembre 2010.

2. POUR RAPPEL :

1. Grève des Professeurs de l’Université de Kinshasa de 2 mois : Février à Avril 2010.

2. Signature du Protocole d’Accord du 10 avril 2010.

  • Statut Particulier et Spécifique.
  • Rémunération
    • Le sous volet du numéraire net à payer.
    • Le sous volet retenue pour le moyen de transport.

3. MISE AU POINT DU GOUVERNEMENT SUR LE NIVEAU D’EXECUTION.

Le Gouvernement a rempli toutes ses obligations malgré une conjoncture difficile car en effet, comme on peut le constater, en toute confiance et à chaque étape, le partenaire APUKIN a été associé à l’exécution des clauses du Protocole d’Accord du 10 avril 2010 à savoir :

1. VOLET STATUT PARTICULIER ET SPÉCIFIQUE.

  • Conformément à l’article 1er du Protocole d’Accord relatif au Statut Particulier et Spécifique du Personnel de l’ESU, le Gouvernement à travers le Ministère de l’ESU a réalisé les étapes ci-après :

1. Projet de Loi sous examen devant l’Assemblée Nationale à la Session d’octobre 2010 et à celle de mars 2011 pour adoption dans lequel il y est précisé les éléments relatifs au Statut Particulier et Spécifique et plus précisément dans :

« l’Exposé des motifs :» litera B points 13.
« le Corps de la Loi » :.

Chapitre V : De la Gestion des Ressources Humaines

Section I : Des Droits et des Obligations du Personnel de l’Enseignement National.

Article 212, al2 et Article 213.

Ce statut est subdivisé en 3 livres :

Livre 1er : Statut du Personnel Enseignant de l’ESU
Livre 2 : Statut du Personnel de la Recherche et de la Documentation Livre 3 : Statut du Personnel Administratif, Technique et Ouvrier de l’ESU

Le travail finalisé de 3 Livres a été envoyé depuis le vendredi 1er avril au Président du Groupe thématique du Secteur Education pour harmonisation avant d’être soumis au Conseil des Ministres.

Ce travail réalisé par la Commission mixte a bénéficié de la participation des représentants de l’APUKIN et de l’APUPEN sur base de l’Arrêté n° 036 du 16 février 2011 et qui a été déposé sur le bureau du Ministre de l’ESU en cette fin du mois de mars 2011.

2. VOLET RÉMUNÉRATION

A. A partir du mois de juillet 2010, les Professeurs congolais du Secteur Public au nombre de 1400 au mois d’avril 2010, touchent ce net-cash jusqu’à ce jour sans interruption.

B. A partir du mois d’avril et à ce jour, le Gouvernement s’est acquitté du volet « retenue à la source » sur la Rémunération du montant mensuel nécessaire pour le payement par chaque Professeur. Ceci s’est fait par tranche respectivement d’avril à juin, juillet à août 2010, puis janvier et février 2011 et enfin septembre, octobre, novembre et décembre.

Il est à préciser que pour ce volet, le chèque est co-signé par le Ministre de l’ESU et le Président de l’APUKIN.

  • En droit, on dit que LES FAITS PRECEDENT LE DROIT, les Professeurs jouissent déjà des privilèges du Statut Particulier et Spécifique depuis avril 2010.

Comme on peut le constater, la décision de décréter la grève avec toutes les conséquences qu’elle comporte a été prise sans tenir compte de la bonne foi incontestable du Gouvernement d’une part et des intérêts bien compris des Etudiants et de leurs familles qui sont aussi en règle, dans leur grande majorité, ont respecté l’Accord de Partenariat signé au niveau de chaque Institution.

C. En conséquence, j’invite le Partenaire APUKIN d’assumer sa part de responsabilité dans le respect du Protocole d’Accord du 10 avril 2010 en invitant les Professeurs à reprendre leur enseignement car le Gouvernement tient à assumer les siennes jusqu’au bout.
Je vous remercie.

Fait à Kinshasa, le 09/04/2011

Professeur MASHAKO MAMBA N.L.-


Publié Le 12 avril 2011 par